Homeland – Saison 6, notre avis

Posté dans Séries par - 13 avril 2017
Homeland – Saison 6, notre avis

Depuis quelques années maintenant, nous constatons une montée en puissance des séries télévisées. Un peu moins sur les chaînes généralistes préférant la télé réalité, mais plus souvent sur les chaînes payantes, comme Canal+, OCS, 13ème RUE et d’autres. Mais aussi et surtout par l’arrivée tambours battants de la SVOD. La SVOD pour ceux du fond, c’est un service de vidéo à la demande par abonnement. Comme Netflix notamment.

Bref. A côté du fait de se sentir noyé sous cette vague de séries, force est de constater la qualité de nombre d’entre elles. Certaines atteignent même la qualité d’un film de cinéma. Prenons l’exemple de House of Cards, Westworld, Game of Thrones, Mr. Robot et on en oublie. Certes, elles ne sont pas toutes au même niveau mais elles valent le coup d’œil par la différence des sujets traités.

Aujourd’hui, sur Check The Film, nous nous lançons sur les séries, en vous laissant notre avis le plus clair possible.

Ce mardi 11 avril, Canal+ a diffusé le douzième et dernier épisode de la saison 6 de Homeland pour conclure une saison extraordinaire !

Avant d’aller plus loin, un petit résumé est nécessaire. La première diffusion de Homeland a eu lieu en 2011. Elle a fait grand bruit lors de sa première saison car elle mettait en scène un soldat américain, Nicholas Brody (Damian Lewis) de retour au pays après 8 ans de détention par des terroristes. Carrie Mathison (Claire Danes), agent de la CIA souffrant de troubles bipolaires, suspecte fortement Brody d’avoir été retourné par l’organisation terroriste. Cette intrigue va durer 3 saisons.

La quatrième se situe entre les Etats-unis et le Pakistan sur une histoire différente, la cinquième quant à elle, a lieu en Allemagne à Berlin. Il va sans dire que ses deux saisons étaient moins palpitantes, intéressantes ou même excitantes sur l’intrigue, bien que les scénaristes aient réussi une relance exemplaire. Néanmoins, les enjeux semblaient moins importants.

Cette sixième saison de Homeland revient aux Etats-Unis dans la ville de New York. Carrie travaille pour un avocat ; elle défend les droits des musulmans. Nous retrouvons les personnages de Saul Berenson (Mandy Patinkin), Peter Quinn (Rupert Friend) et Dar Adal (F. Murray Abraham).

On a checké

  • La qualité de la réalisation de la série. La qualité des plans, des cadrages.
  • Les personnages sont toujours aussi bien traités. Ici, la série se penche plus sur le personnage de Peter Quinn : il est à noter que Rupert Friend tient là une prestation remarquable. A voir en version originale bien entendu.
  • Le rythme lent du début est un leurre pour mieux nous surprendre à la fin du quatrième épisode. Les pistes sont bien brouillées, on restera dans le brouillard durant quelques épisodes encore. On est emmené sur une piste bien connue alors que quelque chose de plus gros se prépare…
  • La maîtrise parfaite des cliffhangers sur chaque épisode.
  • Les scénaristes s’imprègnent fortement de l’actualité. Cette saison 6 parlera de l’élection présidentielle américaine, un homme d’un côté et une femme de l’autre. Homeland traitera aussi des médias conservateurs n’hésitant pas à sortir de fausses informations ; bref, on parlera des fake news.
  • La fin de la saison quitte tout ce qu’on a vu (ou pas ?) dans les précédentes pour ouvrir un nouveau sujet brûlant mais bien plus inquiétant pour nos démocraties. C’est ce qui rend l’attente de cette 7ème saison insoutenable !

On n’a pas checké

  • Le rythme lent du début de cette saison. On se prend vite à s’ennuyer, le temps devient long. Nous ne voyons pas le chemin emprunté par la série.
  • Le traitement du personnage de Peter Quinn devient lourd sur les premiers épisodes.
  • Le début de la saison est vraiment laborieux.

Notre avis

Homeland a su se renouveler après l’histoire « Brody », et encore plus sur cette sixième saison très bien ficelée de bout en bout. Homeland suit l’actualité. Les acteurs jouent juste dans leurs rôles ; leurs personnages souffrent, on a mal pour eux. Tout cela rend cette sixième saison passionnante et excellente.

Article rédigé par

A lire également

Laisser un commentaire