Wonder Woman

Posté dans Critiques par - 3 juin 2017
Wonder Woman

Ça y est, Warner lance enfin son DC Cinematic Universe.

Et ça commence par l’origin story de Diana Prince aka Wonder Woman qui se retrouve en pleine Première Guerre Mondiale.
Accompagnée d’un commando pour le moins original, elle va tenter de mettre fin au conflit…

Première super-héroïne…

C’est bien DC qui consacre le premier un film entier à une super-héroïne. Un film réalisé par une femme, qui plus est.
Certains y verront un détail mais cela reste un geste fort dans un univers outrageusement dominé par les hommes.

Patty Jenkins signe donc le portage sur grand écran des aventures d’une déesse grecque qui apporte un peu de sensibilité au milieu de toute cette testostérone.

La continuité…

Avec un Zack Snyder aux manettes de son univers, Warner a clairement pris le parti d’insuffler son style à toute la saga.
Le problème, c’est que réaliser un scénario écrit par Snyder n’est pas donné à tout le monde.

Dans un faux rythme quasi-permanent, Wonder Woman peine à susciter la passion.
L’abus de ralentis, additionné à des effets spéciaux étrangement bas de gamme, soulève de nombreuses questions quant à sa production.

Bien-pensance…

Ce serait se voiler la face que de penser qu’un super-héros n’arrive jamais à devoir choisir entre ses intérêts personnels, sentimentaux ou familiaux et le destin du monde libre.
Mais on est peut-être en droit d’espérer autre chose qu’un cliché bien pensant et calculé à des kilomètres.

Hélas, avec Wonder Woman, On reste un peu dans ce schéma répétitif que même la prestation sympathique de Gal Gadot n’arrive pas à éviter.
C’est décousu de bout en bout et l’on ne peut s’empêcher de voir en ce long métrage une mauvaise copie de Captain America: First Avenger…

Next!

Au suivant !
Maintenant qu’on sait d’où vient Wonder Woman, on peut passer aux autres membres de la Justice League.

Si vous aimez le gaz moutarde et les guerrières amazones, ce film est fait pour vous.
En revanche, si c’est de la consistance qu’il vous faut, même l’humour de Wonder Woman ne vous satisfera pas.

Et, au fait, chers amis américains ; quand comprendrez-vous que vous n’êtes pas les seuls à sauver le monde ?

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire