Windfighters – Les Guerriers du Ciel

Posté dans Critiques par - 10 juillet 2013
Windfighters – Les Guerriers du Ciel

Sur la boîte du DVD, on peut lire « Windfighters réinvente les codes du film d’action ». Ah bon… On a peut-être pas vu le même film finalement…

Windfighters – Les Guerriers du Ciel est un film sud-coréen sorti en juillet 2013, directement en DVD dans nos vertes contrées grâce au distributeur Wild Side.

Comme j’aime le travail bien fait, voici le synopsis qu’on peut lire sur le DVD :

Nous vivons les derniers jours de paix… Alors que la tension entre les deux Corées est à son apogée, une attaque aérienne d’une rare violence déstabilise le pays et bouleverse le monde. Pour éviter une guerre atomique sans précédent, une troupe d’élite s’élance livrer combat dans le ciel. Leur mission : anéantir une base nucléaire ennemie et sauver l’un des leurs. De leur courage et de leur sacrifice dépendra l’avenir de toute une nation.

Et comme j’aime l’honnêteté, voici le synopsis après visualisation du film :

Corée du Sud, de nos jours : un jeune pilote intrépide fait une manœuvre interdite, pour une raison qui m’échappe encore, lors d’un meeting aérien. Son patron ne peut décidément pas tolérer un tel comportement et le met à l’écart des avions de chasse. Mais notre talentueux héros est un passionné, et avec l’aide d’une ravissante mécanicienne, il réussira à intégrer une troupe d’élite, et devra faire face à une attaque de la Corée du Nord.

Voilà, ça me semble plus juste. Le synopsis officiel ignore littéralement les deux tiers du film, pour ne parler que de l’action, et c’est bien dommage.

Windfighters - Les Guerriers du Ciel - Sung-Su Kim

« Fuck Yeah ! »

 

Maintenant que vous avez une idée précise de Windfighters, on va pouvoir en parler correctement, sans malentendu.

Le scénario de Windfighters semble avoir été écrit par deux personnes. D’un côté, un gamin de 11 ans qui trouve que les avions c’est trop cool, et de l’autre, un militaire à qui on a demandé de faire un film à la gloire de l’armée sud-coréenne. Aucun personnage n’échappe aux clichés. Le héros est fade, et les personnages secondaires plats.

Pourtant, pendant près d’1h15, le scénario s’attarde sur ces personnages en essayant leur donner un visage humain, de la profondeur afin qu’on s’y attache, mais il n’y a rien à faire. On a déjà vu les mêmes personnages dans une centaine de films auparavant, on sait à quoi ils servent, et ce qu’ils vont faire. Et je parle pas du bad-guy, non-identifié, sensé représenter la méchante Corée du Nord. Hem…

Heureusement, les scènes d’action font mouche, et le spectaculaire est au rendez-vous. Dommage qu’il faille attendre 1h15 pour ça, mais la mise en scène de ces séquences demeure efficace.

Malgré tout, le film dégage une drôle odeur d’auto-promotion, voire de propagande. La faute à un certain manichéisme enfantin assommant.

Quand la belle armée du sud, brave et courageuse, envoie balader l’auto-suffisante armée américaine (faut avouer que cette agressivité anti-USA est assez rafraîchissante) pour aller casser du nord-coréen prêt à utiliser la méchante arme nucléaire sur Séoul, on se dit que le spot promotionnel de l’armée de l’air a dû coûter assez cher. Mais pourquoi pas ? Ils peuvent aussi faire l’étalage de leur armée. Les Etats-Unis le font bien assez avec Michael Bay et compagnie.

Windfighters ne brille certes pas pour son scénario, ni pour son originalité, et encore moins pour ses personnages, mais nous gratifie de quelques séquences aériennes très agréables à l’œil. Rafraîchissant, mais à moitié divertissant, le long-métrage nous fait passer, malgré tout, une soirée convenable.

Article rédigé par
Sinon, parfois, je vais au cinéma. Parfois...

A lire également

Laisser un commentaire