Warcraft : Le Commencement

Posté dans Critiques par - 25 mai 2016
Warcraft : Le Commencement

Elle était longue cette attente ! Les millions de joueurs y pensent depuis des années et Blizzard aura pris son temps pour porter sur grand écran son vaste univers.
C’est chose faite et on vous dit ce que ça donne.

Warcraft : Le Commencement se situe bien avant qu’Azeroth ne souffre d’une guerre sans fin entre l’Alliance et la Horde.
Alors que leur monde se meurt, les orcs tentent d’y trouver refuge. Menés par Gul’dan, ils détruisent tout ce qui est sur leur passage…

L’attente…

Inutile de vous décrire les frissons que peuvent ressentir les gamers au moment où se dévoile le logo de Blizzard Entertainment.
Ce projet, attendu depuis plus d’une décennie, avait insinué toutes les rumeurs les plus folles avant qu’Universal Pictures clarifie enfin la situation.

Avec son titre Warcraft : Le Commencement, le nouveau film de Duncan Jones ne nous cache pas les ambitions du studio américain ; une saga s’amorce…Warcraft : Le Commencement - Ben Schnetzer & Travis Fimmel

Fan service…

« Sheep! »
Les adeptes de World of Warcraft reconnaitront entre mille le clin d’œil des scénaristes à cette incantation.

Les premières minutes de Warcraft : Le Commencement servent principalement à flatter l’envie des joueurs les plus assidus. Stormwind (Hurlevent), Ironforge (Forgefer) ou encore la Porte des Ténèbres sont représentés à l’identique ; qu’il s’agissent du « parking » à griffons ou encore des forges…
On a d’ailleurs l’impression que l’on veut tellement nous en montrer que l’on en oublie les distances.

Tous les grands personnages de la Première Guerre sont bien présents et évoluent dans un environnement qui reprend parfaitement l’ambiance des jeux.
Du pur bonheur…

Le rythme…

Duncan Jones avait beaucoup à raconter. Probablement trop.
Le fils de David Bowie, et surtout réalisateur du très bon Source Code, a semble-t-il été happé par la puissance de son blockbuster.
S’il évite les baisses de rythme, il pêche justement en essayant de les fuir. Ses fondus entre deux scènes semblent alors gâcher la fin de chaque séquence et l’on regrette de ne pas avoir plus de temps pour digérer ce que l’on nous montre.

Warcraft : Le Commencement tombe ainsi parfois dans du visuel qui n’est malheureusement pas au service de l’histoire. Dommage…Warcraft : Le Commencement - Travis Fimmel

Des CGI ?

Si vous souhaitez éviter de voir un film d’animation, passez votre chemin.
Sinon, vous profiterez de cette sensation permanente d’être dans un studio sous un éclairage factice.

Là où d’autres films s’en sortent plutôt bien, comme le récent Le Livre de la Jungle, Warcraft : Le Commencement est à la limite du nanar.
Dommage (encore)…

Pour Azeroth !

Warcraft : Le Commencement aura au moins le mérite d’apporter du soulagement à toute une communauté de joueurs juste par sa présence.
Si le fan service est au rendez-vous, son montage et ses CGI parfois trop cartoonesques gâchent un peu le plaisir (et pourtant !).

Si vous connaissez bien l’univers, deux solution s’offrent alors à vous : aller le voir en priant pour que vos héros favoris soient bien interprétés ou rester chez vous et vous refaire l’intégrale de la saga vidéoludique.
Si vous ne connaissez pas l’univers, c’est peut-être l’occasion d’y mettre un orteil…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire