Valérian et la Cité des Mille Planètes

Posté dans Critiques par - 26 juillet 2017
Valérian et la Cité des Mille Planètes

D’un rêve de gosse, Luc Besson a réussi à adapter Valérian et Laureline ; la célèbre bande-dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières.

Valérian et la Cité des Mille Planètes raconte les aventures de deux agents spéciaux à différents endroits de la galaxie.
Après avoir récupéré le dernier représentant d’une espèce, les deux héros vont se retrouver mêlés à quelque chose de bien plus grand…

David Bowie…

On aime quand un film commence bien. Il serait presque inutile de l’écrire.
Avec Valérian et la Cité des Mille Planètes, c’est le cas. David Bowie accompagne une mise en situation d’environ cinq minutes que l’on croirait empruntées à James Gunn…

Si Luc Besson réalise bien ce film, on peine à reconnaitre son style avant que ce dernier ne nous embarque sur une plage paradisiaque.
Car disons-le tout net, Valérian est avant tout une aventure visuelle que peu savent offrir.

Les hommages…

On lit à droite à gauche que Luc Besson n’a fait que piller la science-fiction pour son Valérian. Et s’il s’agissait juste d’hommages ?
On perçoit forcément la façon qu’avait George Lucas de filmer les vaisseaux spatiaux ou encore le look très proche des Na’vis de James Cameron et des habitants de Mül.
Mais pourquoi toujours y voir du pillage ?

Car au milieu de tout ça, la mise en scène est bien du Luc Besson pur jus. Ses plans serrés, sa façon d’amener le spectateur vers le point important de la scène sont bien là…

La fin…

Si, malgré l’aventure visuelle proposée, Valérian manque de cet élément de poids qui fait que l’on retient un film, le mélange pêche dès que l’on atteint le troisième acte.
Le rythme se ralentit jusqu’à nous pousser dans un état de semi-coma regrettable.

On oublie alors à quel point les équipes créatives ont pu s’investir dans le projet pour ne penser qu’à une chose : à quand la fin ?
Et quand celle-ci arrive, Mesdames Messieurs, on n’ose y croire tant elle est creuse…

Mille planètes…

On espérait un petit réveil de Luc Besson car, il faut l’avouer, cela fait longtemps qu’il ne nous a pas cloué à notre fauteuil.
Si Valérian et la Cité des Mille Planètes est une aventure visuelle à savourer, on regrette la faiblesse de l’intrigue et son scénario bâclé…

Faut-il aller le voir ?
Pour le premier acte oui, très certainement. Rien de plus…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire