Skyfall

Posté dans Critiques par - 27 octobre 2012
Skyfall

James Bond… Des femmes, des voitures, des explosions ! James Bond… Cette icône britannique, sexy, virile, et un poil machiste ! James Bond… Cette saga qui nous bourre le mou depuis 50 ans !

Il fallait bien que la franchise marque le coup pour cette date anniversaire. Que ce 23ème épisode nous prouve que cette bonne vieille saga (qu’on pourrait appeler « Lady » vu son âge) en a encore dans le ventre, et qu’elle peut encore nous faire rêver ! Alors, Monsieur Bond ? Mission accomplie ? « Oui… Indéniablement. »

Meurs un autre jour

Forcément, en 50 ans, il y a eu beaucoup d’évolutions technologiques. Il fallait bien que la saga, toujours un peu hors du temps, s’adapte à l’époque. Avec cet opus, c’est chose faite !

Bond doit retrouver un disque dur sur lequel figure une liste de tous les agents infiltrés de l’OTAN, ainsi que leurs couvertures. C’est gênant, surtout que la mission de récupération part en cacahuète. Le disque dur est volé, et Bond est présumé mort. M, la directrice du MI6 est remise en cause par son gouvernement. Les choses empirent lorsque que le MI6 est lui-même pris pour cible par un cyber-terroriste, et que les morts commencent à pleuvoir. James Bond doit alors reprendre du service, découvrir la vérité sur ce complot, et faire face à son passé.

Le vieux singe fait de nouvelles grimaces

Mis à part le fait qu’elle déménage, la scène d’ouverture annonce la couleur. Sam Mendes, le réalisateur, abandonne le style « Jason Bourne » des précédents opus, avec la caméra qui remue dans tout les sens, pour redevenir plus classique, et surtout plus lisible. Et ce retour à la normale lui permet même de nous livrer de belles images, étudiées, posées, et particulièrement classes.

Le scénario, quant à lui, malgré un rebondissement en carton en milieu de film, fait partie des meilleurs de la « Lady Saga ». Les dialogues, pertinents et utiles, se font une place aux côtés des scènes d’action musclées, le tout dans un bon équilibre.

En parlant d’équilibre, Skyfall joue à l’équilibriste entre traditions et nouveautés. Le long métrage rend hommage à 50 ans d’histoire, mais se permet quand même de remettre les pendules à l’heure, à l’aide de références à la saga, et à des symboles forts, à l’image de la discussion entre Q et 007 sur les gadgets. Le ton est plus réaliste, plus actuel. Sauf le méchant de cet épisode qui, bien que machiavélique, à un léger problème de crédibilité.

Lorsque que l’ennemi blondinet de Daniel Craig lui demande quel est son hobby, il répond « La résurrection ». Réponse qui sonne comme un écho à la plus grande franchise du cinéma, qui a su faire peau neuve, en assumant son « lourd » héritage. Une renaissance, en somme, après un demi-siècle d’existence.

De l’action, du spectaculaire, du danger, du sexy, du rebondissement, des explosions, de l’émotion, tout y est. Skyfall est un film complet, qui mérite amplement sa place parmi les meilleurs 007.

A checker sans hésitation !

Article rédigé par
Sinon, parfois, je vais au cinéma. Parfois...

A lire également

3 commentaires

  • Pour ma part, j’ai trouvé l’interprétation de Javier Bardem très bonne (en VO) en ancien agent complètement fou.

    J’ai eu un peu peur lorsque Bond a embarqué M dans sa superbe Aston Martin mais le lieu de l’attaque finale est tout simplement superbe !

  • J’ai rien à redire sur l’interprétation de Javier Bardem. Mais plutôt sur le personnage, qui n’est pas très crédible à mes yeux en blondinet déviant. Mais il faut bien avouer qu’il joue très bien la folie.

  • Effectivement. 🙂

    D’ailleurs, la relation « maternelle » avec sa cible est un peu ambigüe…

Laisser un commentaire