Lost River

Posté dans Critiques par - 2 avril 2015
Lost River

Pour son premier film en tant que réalisateur, Ryan Gosling s’attaque à la déchéance de la civilisation.

Lost River raconte l’histoire d’une mère et de son fils qui doivent survivre dans une ville terriblement touchée par la crise.
Au milieu de ce monde hostile, ils vont tout faire pour s’en sortir…

Detroit…

C’est dans les parties abandonnées de Detroit que Ryan Gosling a posé sa caméra.
Véritable ville fantôme, la cité qui incarnait le rêve américain au siècle dernier fait aujourd’hui frémir.

Detroit ne pouvait qu’être le cadre idéal pour représenter la vision du réalisateur de son monde sinistré.
L’immersion est totale…

Comment dire ?

On le sent, et Ryan Gosling ne s’en cache pas, Lost River est très influencé par les réalisateurs que le beau gosse d’Hollywood a côtoyé.
Il y a cependant un écart entre la copie et l’inspiration ; la mise en scène aurait tout aussi bien pu être attribuée à un Nicolas Winding Refn par exemple.

Il semble que Ryan Gosling cherche encore son style. Le rythme du long métrage en souffre malheureusement un peu.

Mais rendons à César ce qui appartient à César : le jeune réalisateur possède un certain talent pour filmer les maisons en feu.
Il semblerait d’ailleurs presque qu’il aime ça…Lost River - Feu

Le mythe…

Dommage que l’on n’aille pas plus loin dans cette histoire de ville engloutie.
On en a tous rêvé un jour et Ryan Gosling avait l’occasion de répondre à nos attentes.

Au lieu de cela, il part un peu dans un délire vague qui ne mène nulle part.
Il emprunte un grand nombre de techniques à ses confrères pour les combiner sans véritable logique.

La caméra tournée à 90° est un exemple parfait de ce petit plaisir personnel que s’offre le réalisateur mais qui ne contribue en rien à proposer du fond dans ce film…

Fantasmé ?

Pur fruit d’un esprit probablement un peu torturé, Lost River nous amène à nous demander ce que consommait l’interprète de Drive lors de l’écriture du scénario.

Lost River est un film surréaliste qui manque au final de style personnel et de rythme.

Ryan Gosling acteur, c’est un grand oui, mais réalisateur, ça n’est pas encore ça…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire