Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées

Posté dans Critiques par - 4 décembre 2014
Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées

Cette fois-ci, il semblerait que ce soit bien la dernière.
La dernière sortie en salles des aventures en Terre du Milieu que Peter Jackson puisse proposer au public.

Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées démarre sur la colère de Smaug.
Les nains ont repris Erebor, mais à quel prix ?

The End…

Peter Jackson clôture deux trilogies qui auront marqué l’histoire du cinéma.
D’abord parce qu’elles sont les meilleures adaptations de l’œuvre de J.R.R. Tolkien mais surtout parce qu’elles s’étalent sur plus de dix ans.

C’est un travail de titan que le réalisateur et les innombrables membres de l’équipe ont abattu pour en arriver à un résultat admirable.Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées - Smaug

Lent…

Si l’on reprend là où s’était arrêté Le Hobbit : La Désolation de Smaug, le combat avec le dragon n’est cependant pas l’essence même du film.
Comme le laissait entendre le titre du long métrage, c’est bien vers une grande bataille que nous conduit Peter Jackson.

Il faut néanmoins mettre les choses en place. Calmement, clairement…
Certains trouveront que le rythme cale un peu après que Weta Workshop ait mis les petits plats dans les grands pour une scène d’introduction flamboyante…

Puis intense…

Soyez rassurés, vous allez la voir cette fameuse bataille !
Résumée en cinq pages dans l’œuvre originelle, elle représente ici les trois quarts du film.

Peter Jackson nous conduit au cœur de cet affrontement aux côtés des champions de chaque espèce.
Au jeu de la chorégraphie, les elfes et leur roi Thranduil (Lee Pace) semblent avoir une longueur d’avance.

Les orques, quant à eux, rivalisent d’ingéniosité dans l’absurde violence qui les anime et l’on aime à penser que l’on tient là des séquences aussi épiques que celle du film Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi…Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées - Richard Armitage

Puis prenant…

Enfin arrive la confrontation avec Azog (Manu Bennett) que Thorin (Richard Armitage) attend depuis trois films.
Très sombre, cette partie de l’histoire montre un visage différent du réalisateur néo-zélandais.
Il ôte, en une fraction de seconde, l’idée du tout est bien qui finit bien.

Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées gagne ainsi en puissance et fait oublier qu’il est le plus court des six adaptations.

Thé à 4h…

Somptueux sur la deuxième heure, Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées est une extrapolation réussie du roman de J.R.R. Tolkien.

La liaison avec la trilogie du Seigneur des Anneaux, très humble, pourrait donner des leçons à d’autres qui se sont essayés aux prélogies…

Incontestablement, la machine de guerre arrive…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire