La Planète des Singes – Suprématie

Posté dans Critiques par - 27 juin 2017
La Planète des Singes – Suprématie

Troisième volet du redémarrage de la saga, La Planète des Singes – Suprématie arrive sur nos écrans en ce milieu d’été torride.

La Planète des Singes – Suprématie suit César et son peuple en quête de paix et d’un endroit pour vivre.
Malheureusement pour eux, un groupe de soldats ne l’entend pas de cette oreille…

Évolution…

Véritable coup d’accélérateur dans la route que mène la Fox vers le long métrage de 1968, ce nouveau film de Matt Reeves amorce le virage qui changera la face de notre Terre.

Alors que les Singes deviennent encore plus intelligents, les humains, en ne pensant qu’à leur survie, s’enfonce dans des luttes qui ne les conduiront qu’à leur perte.
Au-delà de la facette « science-fiction » du long métrage, les scénaristes y glissent une critique évidente de l’égoïsme ordinaire qui fait rage dans notre société moderne.

Bad ape…

Un film muet. C’est ce que l’on pense de La Planète des Singes – Suprématie dès que les singes se lancent dans des débats en langage des signes.
Mais César et ses congénères ajoutent une telle vie dans leurs dialogues sans mot que l’on adhère au modèle sans sourciller.

Si l’on ajoute à cela la découverte d’un nouveau personnage à la fois drôle et attachant ; la recette est parfaite.
Plus loin que de simples mots, ce sont les comportements, les émotions et les déchirements qui construisent les personnages et qui portent cette création…

Multiple…

Si la première heure peut paraître un peu longue, on se plait néanmoins à admirer les paysages que la réalisation de Matt Reeves révèle brillamment.

Rempli de petit clins d’œil au premier film mené par Charlton Heston, La Planète des Singes – Suprématie change complètement de braquet dans une deuxième partie plus animée, plus profonde et même plus drôle…

Son will know…

Intense, La Planète des Singes – Suprématie résonne comme une œuvre complète qui traite à la fois d’humanité et de liberté.

Matt Reeves livre une copie quasi parfaite qui navigue sur la musique remarquable de Michael Giacchino.

À voir, bien sûr. Et sur grand écran…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire