La Labyrinthe : La Terre Brûlée

Posté dans Critiques par - 2 octobre 2015
La Labyrinthe : La Terre Brûlée

Adapté des romans de James Dasher, et plus précisément du cycle littéraire L’Epreuve, Le Labyrinthe : La Terre Brûlée est le deuxième épisode de la saga.

Ce nouvel opus démarre là où se termine Le Labyrinthe. Thomas et ses compagnons se sont enfuis du labyrinthe et trouvent refuge dans une base fortifiée.
Malheureusement, tout n’y est pas très clair…

L’esprit du labyrinthe…

Sachez que le réel titre de ce deuxième épisode est « La Terre Brûlée » mais comme nous, français, sommes un peu idiots ; la distribution a choisi de nous rappeler de quoi il est question en nommant son long métrage Le Labyrinthe : La Terre Brûlée.
Sauf qu’il n’y a plus de labyrinthe…

Néanmoins, les vagabondages de nos adolescents en quête de réponses les mènent souvent dans des souterrains ou des lieux abandonnés.
On a ainsi l’impression de les voir à nouveau courir dans ce dédale de couloirs qui a fait le succès du premier film.

Et courir semble nécessaire lors de ces passages peuplés de zombies qui frisent l’épouvante !Le Labyrinthe : La Terre Brûlée - Dylan O'Brien

Dynamique…

Wes Ball avait surpis par sa réalisation dynamique en 2014 pour son premier long métrage Le Labyrinthe.
Pour cette suite, il repart sur les mêmes bases et livre une copie efficace.
Les scènes d’actions sont nombreuses et s’enchaînent de manière logique avec toujours ce rythme de course intense que bat Dylan O’Brien avec panache.

Autour de lui gravite presque tout le casting de Game of Thrones dont Aidan Gillen aka Littlefinger qui porte sur ses traits la trahison…

A suivre…

Le Labyrinthe : La Terre Brûlée prolonge l’univers initié dans Le Labyrinthe en lui donnant une toute autre dimension.
De nouveaux personnages émergent au beau milieu de cette mer de sable qu’est devenue la planète bleue et l’on découvre ce que sont devenus les moins chanceux.

Dommage que le dernier tiers du film ne serve qu’à annoncer la suite ; le long métrage de Wes Ball perd ainsi beaucoup de sa superbe pour se clore sur un faux rythme…

Fais-moi peur…

Ce deuxième épisode est dans la même veine que le premier : sa réalisation dynamique est au service d’une histoire solide.
Les personnages sont bien construits et bénéficient d’une identité marquée.

Le Labyrinthe : La Terre Brûlée est finalement bien plus qu’un simple teen movie.

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire