Jersey Boys

Posté dans Critiques par - 18 juin 2014
Jersey Boys

Adapté de la biographie quasi-éponyme, Jersey Boys propulse Clint Eastwood aux commandes d’un film musical très 50s.

Jersey Boys raconte l’histoire du célèbre groupe The Four Seasons et plus particulièrement de son chanteur Frankie Valli.
Issus du New Jersey, les musiciens vont tout faire pour devenir célèbres…

Frankie Valli…

Fils d’immigré italien, Frankie Valli est surtout connu pour avoir interprété les titres que lui composait Bob Gaudio.
Ces mêmes titres que beaucoup attribuent à d’autres artistes malins au point de bâtir leurs succès sur des reprises.

Connu pour son timbre de voix unique, Frankie profite du jeu de John Lloyd Young et d’un scénario honorable qui mettent en avant la personnalité atypique d’un homme malchanceux.

Au travers d’avancées et de retours dans le temps, Clint Eastwood place méthodiquement le contexte du groupe avant de se concentrer sur son chanteur…Jersey Boys - John Lloyd Young

Tommy DeVito…

Au milieu de ces noms aux airs de mafia, le jeune Tommy DeVito regarde la caméra droit dans l’objectif.
Le réalisateur de Million Dollar Baby force ses personnages à sortir de leurs scènes pour expliquer au spectateur de quoi il retourne.
Chacun des membres accroche ainsi quelques secondes de parole pour nous mener jusqu’à un final que l’on ne pouvait pas imaginer…

Cette petite entorse à la narration biographique, que beaucoup se permettent aujourd’hui, souligne le talent du Bon quand il s’agit de mettre en lumière les opinions de ses protagonistes.

Joe Pesci…

Qui aurait cru que le plus « mafieux » des acteurs qu’Hollywood ait connu puisse avoir rencardé les Four Seasons alors qu’ils n’étaient que des musiciens parmi tant d’autres ?
Joe Pesci, ici joué par Joseph Russo, finira d’ailleurs par connaître le succès de ses camarades de Belleville, New Jersey.

Sa présence est un vrai symbole dès lors que l’on découvre un Christopher Walken troublant en parrain de la mafia locale.
Son rôle de chef sensible nous rappelle qu’au milieu des gangsters, il y a toujours une âme sensible…
Jersey Boys - Christopher Walken

Clint Eastwood

Qu’il soit devant ou derrière la caméra, le cow-boy de San Francisco semble malheureusement ne plus parvenir à toucher par son art.

Techniquement irréprochable, la mise en scène de Jersey Boys cale au moment de rentrer dans le dur.
Peu d’émotions transitent et l’on se prend à espérer un final que Clint Eastwood remplace par un triple salto arrière surprenant…

Sherry…

On sort de Jersey Boys un peu interloqué par ce que l’on vient de voir.
Si la technique de Clint Eastwood est irréprochable, si les interprétations sont brillantes, on n’arrive cependant pas retrouver les grandes heures du réalisateur.

À mi-chemin entre réussite et épopée malheureuse, Jersey Boys chante l’histoire de quatre garçons du New Jersey qui voulaient juste s’en sortir…

À checker, en VO

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire