De Guerre Lasse

Posté dans Critiques par - 6 mai 2014
De Guerre Lasse

Olivier Panchont présente un film dont il est lui-même le scénariste.

De Guerre Lasse raconte le retour d’un homme victime de l’armée.
Originaire de Marseille, il va découvrir, à son retour, que son père n’est plus le caïd en mesure de le protéger…

Marseille, la belle…

Star de l’actualité malgré elle, la cité phocéenne assume un rôle prépondérant dans un film qui ne se contente pas de montrer le vieux port.

Tourné au plus profond des quartiers populaires de la métropole, De Guerre Lasse arrive à donner cette petite saveur de grand banditisme à la française…

Une violence « sèche »…

Les revolvers sonnent d’une manière franche ; on est très très loin de ce qui plaît d’habitude aux cinéastes en désir d’action.
Ça n’explose pas, les personnages ne sont pas invincibles et tous, à un moment donné, ont leurs moments de faiblesse…

La scène de cascade automobile et ce qui s’en suit amène le spectateur au plus profond de la violence qu’incarne Jalil Lespert.
Son interprétation dure de cet homme détruit par la guerre rappelle une fois de plus qu’il est l’un des grands acteurs de sa génération…De Guerre Lasse - Jalil Lespert

À la croisée des scénarios…

Olivier Panchont a pris le parti de raconter beaucoup sur un peu plus d’une heure trente.
C’est un pari risqué qu’il relèverait presque haut la main si le long métrage ne souffrait pas de quelques baisses de rythme.

On se prend à espérer un peu de mouvement tant la bande-annonce nous en promettait…

Pourquoi pas ?

S’il ne devient pas une référence, De Guerre Lasse aura le mérite de montrer le chemin à ceux qui pensent encore que tout se finance à coups de millions.

Brillamment interprété par Jalil Lespert, ce long métrage pêche malheureusement parfois au niveau du rythme.

À checker, pour les adultes…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire