Comancheria

Posté dans Critiques par - 1 septembre 2016
Comancheria

Sélectionné pour le prochain Festival du Cinéma Amiricain de Deauville, Comancheria arrive sur nos écrans le 7 septembre prochain.

Comancheria nous plonge au cœur du Texas pour suivre la traque que mène un Ranger après une série de braquages.
Dans la sueur et la poussière, cette course-poursuite va mener ses protagonistes au bout de leurs limites…

Les Midlands…

C’est à l’ouest du Texas que nous conduit David Mackenzie.
Dans les Midlands précisément. Un peu le Texas du Texas ; cet endroit sur Terre figé au début du vingtième siècle.

Ce choix remarquable nous permet de mettre les yeux et les oreilles – à défaut des pieds – dans une partie du pays qu’Hollywood ne dévoile jamais. On est bien loin des Stetson blanc comme neige et des chemises sans pli auxquels nous sommes habitués.
Entre les paysages magnifiques, les villes fantômes et les nuages de poussière que soulève le bétail, l’immersion est totale.

Le creux de la vague…

Comancheria se divise en trois actes.

Le premier, dédié à la mise dans le contexte, plante un décor assurément texan. Sa mise en scène est quasi-parfaite et ses travellings sont magnifiques.
On appréciera notamment la manière avec laquelle le réalisateur britannique arrive à filmer les frères Tanner (Chris Pine et Ben Foster) au volant de leurs véhicules volés.

Le deuxième, ressemble plus à une pause qu’à autre chose : autant dire qu’on s’ennuie un peu.
Et pourtant, les dialogues entre Jeff Bridges et Gil Birmingham affinés par Taylor Sheridan sont brillants.
Brillants et percutants !

Comme une surprise inattendue, le troisième et dernier acte fait basculer le long métrage dans quelque chose de bien plus dur et de beaucoup moins drôle.
On prend alors la mesure de la situation dans laquelle se trouvent les deux fugitifs…Comancheria - Chris Pine & Ben Foster

Des cow-boys…

Chris Pine, Ben Foster et Jeff Bridges nous sortent leurs accents des grands jours.
Accrochez-vous car, à moins d’avoir passé les dix dernières années dans l’Amérique profonde, vous risquez de ne rien comprendre.
A ce sujet, d’ailleurs, opter pour la version française serait probablement la pire erreur que vous pourriez faire en 2016…

Autour d’eux gravitent de vrais clichés de ce que peut faire la société américaine. Chaque homme possède une arme, et n’hésite pas à s’en servir. Les étrangers ne sont pas les bienvenus et le cheval semble encore être le meilleur moyen de guider les troupeaux…
C’est un Texas poussiéreux, bourru mais surtout authentique que nous propose David Mackenzie.

Texas…

Parfois inconstant dans son rythme, Comancheria reste néanmoins un drame original qui se passe des stéréotypes du genre.
Les personnages sont construits et le scénario ne laisse rien au hasard.

L’écriture de Taylor Sheridan, qui nous avait offert Sicario, mêlée à la réalisation de David Mackenzie, en fait un vrai western des temps modernes.

Mais au-delà de tout ça, le long métrage de David Mackenzie est surtout une belle déclaration d’amour au Texas…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire