Black Panther

Posté dans Critiques par - 8 février 2018
Black Panther

Si vous êtes, comme une grande partie des français, coincés par la neige ; sachez que Marvel Studios sort de ses cartons Black Panther, héros du Wakanda, légende d’Afrique.

Black Panther se concentre sur l’alter ego du roi T’Challa introduit dans Captain America: Civil War.
Concentré sur les problèmes de son pays caché au beau milieu de l’Afrique, il va devoir faire face à l’arrivée d’un adversaire de taille.

Afrique…

Avec ce nouveau personnage, Marvel Studios diversifie encore un peu plus son éventail de personnages en y introduisant les sonorités africaines. Par des costumes soignés et un thème musical identifiable entre mille, Black Panther ouvre son histoire aux spectateurs qui le connaissent trop peu.

Il faut dire que la copie rendue mérite une note artistique qui flirte avec les sommets. Alors que l’on avait déjà été bluffé par Doctor Strange et la matérialisation de son mysticisme, on bascule dans quelque chose de parfaitement différent.
Les coutumes et valeurs du continent à l’origine de l’humanité conduisent ce long métrage de bout en bout…

MCU…

On a compris le truc, Marvel alterne entre l’introduction d’un personnage dans le film d’un pilier de son univers et l’inverse. Black Panther était de ceux qui ont le droit à une petite danse chez un de leurs confrères (en l’occurrence Captain America).
Connaissant l’animal, on était alors en droit de s’attendre à un feu d’artifice de caméo comme le studio en a le secret.

Et bien, non. Black Panther se concentre sur Black Panther. Et c’est tout !
Troublant quand on connaît l’historique du Marvel Cinematic Universe.

Alors, bien sûr, il y a quand même quelques têtes que l’on connaît mais rien d’aussi éclatant que ce dont on a l’habitude…

Rythme…

En rédigeant cette chronique, on a essayé d’effectuer la comparaison avec les deux dernières origin story de Marvel. Car le manque de rythme flagrant de Black Panther pourrait simplement venir du fait que l’on se déshabitue des films mono-héros.
Et pourtant… Ant-Man et Doctor Strange avaient réussi à nous tenir accroché jusqu’au bout.

Black Panther souffre d’une réalisation un peu « traditionnelle » : elle manque de ce petit crépitement qui fait que l’on adhère à la proposition.
Moins drôle que ses confrères dans son écriture, ce film de Ryan Coogler peine à nous mener jusqu’à une fin écrite d’avance…

Qu’avez-vous à offrir ?

Si l’on doit retenir une chose de Black Panther, c’est son hommage aux traditions africaines. C’est beau, ça sonne et ça ajoute ce qu’il manquait encore à l’arsenal de Marvel.

Au-delà de ça, son écriture simpliste mêlée à un manque de rythme évident en font un divertissement banal plus plus.
Il semblerait même que son apport au MCU soit particulièrement limité.

A voir si vous ne comptez pas rater un seul épisode.
Et si c’est le cas, restez jusqu’à la fin. Comme toujours…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire