Birdman

Posté dans Critiques par - 19 février 2015
Birdman

A quelques semaines de la cérémonie la plus attendue par les cinéphiles du monde entier sort Birdman.

Birdman suit la création d’une pièce de théâtre par un acteur de blockbusters déchu.
Entre les caprices de son casting et la nervosité de son avocat, il va traverser l’inimaginable pour arriver à jouer sa première…

Broadway…

L’ambiance moite des coulisses des vieux théâtres de New York semble être un personnage à part entière dans cette description trouble de ce qu’est la création d’une pièce.

Avec presque pour unique décor les coursives étroites du théâtre Saint James, Birdman se nourrit de cette ambiance silencieuse et pesante d’avant le lever de rideau.

Scénique…

On mettrait bien une pièce et une statuette sur la tête de Michael Keaton cette année.
Son interprétation de la célébrité en quête de reconnaissance est troublante.

Le rôle-titre gagne évidement en caractère grâce aux immenses talents conjugués d’Edward Norton, Naomi Watts, Zach Galifianakis et Emma Stone.
C’est brillant.Birdman - Michael Keaton & Edward Norton

Plan-séquence…

Birdman est monté comme un interminable plan-séquence de près de deux heures.
Le rendu est bluffant et donne à ce film une continuité forte.

Parfaitement maîtrisée par Alejandro González Iñárritu, cette technique insuffle à Birdman un rythme constant tout en lui donnant un style personnel.

You’re the Birdman!

L’extraordinaire prestation de Michael Keaton associée à la réalisation intelligente d’Alejandro González Iñárritu font de Birdman un favoris pour les Oscars.

Au-delà de ça, il faut réussir à s’imprégner de l’histoire pour apprécier ce long métrage.

A voir, mais peut-être pas à revoir…

Article rédigé par
Passionné et travailleur du web depuis 2005. Possède une belle guitare et des tickets de cinéma tarif réduit.

A lire également

Laisser un commentaire