Le pop-corn nous fait zapper les pubs au cinéma

Posté dans Actualités par - 16 octobre 2013
Le pop-corn nous fait zapper les pubs au cinéma

Malbouffe : 1. Marketing : 0. C’est ce que nous démontre cette étrange étude de l’Université de Cologne, publiée dans le Journal of Consumer Psychology.Pop-Corn

Les 96 personnes participant à cette étude on été conviées au cinéma pour regarder un film, avec les incontournables publicités qui le précèdent. La moitié du panel a été approvisionnée gratuitement et à volonté en pop-corn lors des pubs, et l’autre moitié n’a été approvisionnée que d’un seul bonbon sucré qui se dissout dans la bouche. Pour le bien de l’expérience, le panel entier n’avait jamais vu les publicités diffusées. Une semaine plus tard, les chercheurs ont demandé au même groupe de classer les produits vendus par les spots.

Résultat : ceux qui se gavaient de pop-corn une semaine plus tôt ne réagissaient pas aux produits, alors que ceux qui avaient eu la friandise réagissaient favorablement aux produits vendus par les pubs.

D’après l’étude, quand notre cerveau découvre une nouvelle marque, il active la prononciation et simule le mouvement de nos lèvres et de notre langue pour prononcer le nouveau mot qu’on découvre. Seulement, quand on enchaîne les pop-corn, cette simulation ne peut pas se faire, le cerveau étant occupé à nous faire mâcher. On est donc plus hermétique à la pub.

Pour confirmer les résultats, la même expérience a été effectuée sur un groupe de 188 personnes. Les publicités diffusées étaient celles d’associations. A la sortie, les associations faisaient des appels aux dons. Ceux qui ont eu la friandise ont donné plus d’argent que ceux qui ont eu du pop-corn.

Sascha Topolinski, un des chercheurs travaillant sur cette étude, ajoute :

« Consommer du pop-corn rend les participants immunisés aux effets persuasifs de la publicité. Ces résultats suggèrent que vendre des friandises court-circuite les effets de la pub ».

Il faudrait donc, toujours d’après Sascha, que les marques évitent qu’il y ait des friandises à vendre là où leurs prochaines pubs seront diffusées. Parce qu’un spot publicitaire efficace doit disposer d’un impact maximal et répété, afin de s’implanter dans le cerveau du public.

Malheureusement, et même si l’étude ne le précise pas, l’effet pourrait être le même pendant le visionnage du film…

NDA : si vous êtes un scientifique au chômage, et que vous aimez le cinéma et manger, l’Université de Cologne devrait vous plaire. Ils ont l’air de faire des études cools là-bas…

Article rédigé par
Sinon, parfois, je vais au cinéma. Parfois...

A lire également

Laisser un commentaire